Nouvelles
Jean-Charles Chapais

Jean-Charles Chapais

Né en 1811 à Rivière-Ouelle d’un père commerçant, Jean-Charles Chapais quitte la demeure familiale à douze ans pour étudier au Séminaire de Nicolet. Après ses études, il séjourne deux ans à Québec chez un marchand anglophone pour parfaire sa maîtrise de la langue anglaise et développer un réseau de contacts. 

Pour son retour dans sa région, son père lui a acheté deux terres dans le fief de Saint-Denis, situé près de Rivière-Ouelle. Il y fait ériger une somptueuse demeure et y adhère un magasin général. Il contribue activement à l’érection de la paroisse (1841) et à la formation de la municipalité (1845) de Saint-Denis-De La Bouteillerie. Élu premier maire et premier maître-poste, Jean-Charles Chapais est un marchand réputé et respecté. 



Le 30 juin 1846, il épouse Georgina Dionne, fille d’Amable Dionne, l’un des Canadiens français les plus aisés de son époque. Encouragé par son beau-père, il se présente comme candidat conservateur aux élections de 1850. Battu, il tente à nouveau sa chance et est élu en 1851. Il demeurera député de Kamouraska jusqu’en 1867. Nommé commissaire aux Travaux publics en 1864, il participe aux discussions de la Conférence de Québec. Sa contribution fera de lui l’un des quatre Canadiens français héritant du titre de Père de la Confédération. En juillet 1867, il devient le premier titulaire du poste de ministre de l’Agriculture dans le gouvernement fédéral nouvellement formé. Deux ans plus tard, il est nommé receveur général du Canada. Nommé sénateur au fédéral et élu à l’Assemblée nationale, il est l’un des rares à avoir occupé un poste dans les deux parlements (avant l’abolition du double mandat en 1871). Il demeurera sénateur jusqu’à sa mort en 1885. Il sera inhumé dans « son » église de Saint-Denis-De La Bouteillerie. 

Facebook